Bilan de l'hiver 2020/2021

La dernière grande marée de l'hiver vient de se terminer. Les plus grosses dépressions sont derrière nous. C'est l'époque où  notre association fait chaque année, depuis plus de 10 ans, des relevés photographiques des divers points de l'estran ( Voir photos ci-jointes).

Globalement, on peut constater visuellement à la date du 31 mars 2021 :

- une relative stabilité plage de La Terrière,

- une accrétion (apport de sable) très importante sur la côte sauvage, le Milouin, les Génerelles,

- une relative stabilité sur la plage centrale,

- la construction d'un enrochement important pour consolider le cordon dunaire entre le plan d'eau du Maupas et la plage. L'érosion marine et la pression du plan d'eau (particulièrement haut cet hiver) ont contribué à cette dégradation. 

- une érosion marquée dès la plage Clémenceau jusqu'à Ste-Anne (voir photos ci-jointes). A ce propos, la municipalité vient de racheter à un privé les dunes bordant le parc du Rocher, ce qui permettra de construire, puis d'entretenir des protections en faveur du cordon dunaire restant.

-  un épaississement des dunes du parc des Jards à La Belle Henriette, suite à l'apport du sable par le vent.

Les rapports scientifiques précisent que l'essentiel du transport sédimentaire (déplacement des grains de sable dont le diamètre moyen est de 0,25 mm) se fait entre le mi-estran et le trait de côte. Ce transport est très important durant  les événements tempêtueux et varie en fonction de l'importance des coefficients de marée, de la pression barométrique, de la force et de l'orientation des vents. La majorité du transport s'effectue à mi-marée et à marée haute. Ce transport était évalué à 20 000m3 par an en 2009 contre 100 000m3 en 1965.

IMG_20210306_165908.jpg

Mars 2021  La Terrière

© Copyright
© copie interdite